P1130447Les rencontres qui ont jalonné ma vie m'ont apporté leurs flots de musique et je n'aurais pu vivre sans elle. La musique est mon réservoir d'énergie et d'émotions, de créativité et d'inspiration, d'espoir et de ressourcement, à la fois mémoire et amplificateur. Ce n'est pas qu'un pur hasard si je suis mariée à un musicien ... Jugeant de ses effets sur moi, il fallait bien qu'un jour je m'intéresse à ses effets sur nos chats, d'autant que Djé notre vieil amichat est au stade avancé d'une maladie incurable et que dans ce contexte aucun élément d'apaisement, de bien-être ou de plaisir n'est à négliger.

P1200224Les études sur la réceptivité à la musique sont nombreuses, intéressantes et complexes. Il en ressort que les plantes, les animaux et les humains subissent l'influence (bonne ou mauvaise) de la musique. A l'évidence, il en va de même qu'entre deux personnes, la sensibilité musicale peut différer d'un chat à un autre. Par exemple, ces photos montrent Pastelle sur les unes, et Djé sur les autres. Pastelle folâtre, curieuse, sur le piano en tant que simple objet sonore et odorant, mais elle s'est toujours montrée beaucoup moins perméable que Djé à la musique. Pendant le passage d'une pièce de musique, Pastelle continue de vaquer à ses occupations tandis que Djé a toujours cessé toute activité et se montre très intéressé par ce qu'il entend. Il va jusqu'à quitter son lit chauffant, pour s'installer en position foetale puis se tortiller de plaisir sur le dos, gardant ses oreilles bien dressées et pointées en avant (ce qui signifie "j'aime, je suis content"). Par contre, Java ne semble guère répondre à la musique alors que Jazz se montre très attentif, regardant vers la source et orientant ses oreilles dans la même direction. Pour les quatre chats, une seule écoute ne suffit pas à capter leur attention et je dois leur repasser la même musique deux ou trois fois avant qu'ils accordent leur attention au morceau qui passe. Ils ont apparemment besoin de reconnaître quelque chose de familier. Les pièces de musique que Djé connaît depuis longtemps captent son attention dès les premières notes : il s'en souvient.

P1130443M. Joël Sternheimer, professeur à l’Université européenne de la recherche et chercheur indépendant, dépose en juin 1992 le brevet du « Procédé de régulation épigénétique de le synthèse protéique ». Il met en place une théorie pour le moins intéressante : la musique aurait une influence sur l’organisme et favoriserait l’épanouissement des êtres vivants. Sternheimer met sa théorie en pratique sur les plantes, leurs protéines étant les moins complexes. Pour illustrer sa théorie, Sternheimer propose un moyen de stimuler ou d’inhiber la synthèse d’une protéine spécifique : les protéodies. En mesurant un signal ondulatoire émis par l’acide aminé étudié lors de la traduction, Sternheimer découvre la protéodie (ou « onde d’échelle ») propre à cet acide aminé, qui lui permet de transposer ce dernier sous la forme d’une note de musique. La protéodie de Sternheimer a ouvert la voie à d'autres études élargies à tous les êtres vivants, non seulement les plantes, mais aussi les animaux et les humains.

P1200223Ainsi, des études faites par Music Research Group sur les animaux ont prouvé que la musique à des effets sur les caractères animaliers. Cependant, si la musique modifie le comportement de tous les animaux, l'incidence est différente en fonction de l'espèce. Par exemple, les animaux de la ferme et les animaux domestiques n’ont pas les mêmes réactions face aux différents types de musique. - Chez les animaux de la ferme,  si des poules sont soumises à l’écoute de Pink Floyd, leurs pontes va augmenter. Pour les vaches, si elles sont exposées à la « symphonie pastorale » de Beethoven elles produiront jusqu’à 0.73 litre de plus que les vaches écoutant « Back in the URSS » des Beatles. - Chez les animaux domestiques, une musique comme le rock, le hard-rock ou encore le métal va leur faire avoir un comportement agressif et les mettre dans une situation défensive. Les chiens subissant ce genre de musique vont se mettre à aboyer. De même qu'une musique très rythmée peut inciter un perroquet à crier.

P1130445Par contre une musique douce comme de la musique classique leur est plus agréable que le silence surtout lorsqu’ils se retrouvent seuls. Ainsi, la simple écoute de «L’ode à la joie » de Beethoven ou « les quatre saisons » de Vivaldi semble les rendre confiants et calmes. D'autres musiques, comme la musique de Britney Spears, n'ont apparemment aucun effet sur les animaux domestiques .

P1200221Les animaux n’entendent pas les mêmes sons que les humains car leur oreille peut entendre plus de fréquences que la notre. C’est pourtant grâce au même système que les animaux vont avoir un caractère plus ou moins agressif. Les musiques comme le rock, le hard rock et le métal contiennent des temps réguliers et de volumes assez forts ce qui leur donne une impression de danger en créant une accélération de leur rythme cardiaque; le cœur des animaux va se caler sur la musique (même chose chez l'humain à cette différence près que celui-ci est habitué a écouter de la musique, il sait d’où elle vient). L’animal se sent donc menacé et répond de façon naturelle à la menace par la menace. Mais l’agressivité de l’animal dépend comme pour l’homme de la fréquence des sons des musiques : les hautes fréquences vont lui procurer du calme et de la sérénité tandis que les basses fréquences vont l'inciter à l’agressivité. Le vieux dicton "la musique adoucit les moeurs", s'appliquant aux humains, peut aussi s'appliquer aux animaux : tout dépend de quelle musique on parle ... Les animaux comme les humains sont sensibles à la musique. Elle peut les aider à se sentir moins seuls, et leur donner une sensation de bien-être et de confiance. Elle peut aussi avoir l'effet contraire, un effet néfaste sur leur comportement.

P1130444Plusieurs recherches de psychologie animalière menées par Charles Snowdon et David Teie, respectivement chercheur en psychologie et compositeur, montrent que nos compagnons félins savent effectivement apprécier la musique, quoiqu'il ne le fassent pas de la même façon que nous... Les animaux sont bien plus que nous réceptifs au rythme. Snowdon, de l'Université du Wisconsin-Madison, a démontré récemment que le critère musical retenu par les animaux de compagnie se base effectivement davantage sur les percussions que sur les autres aspects de notre musique toute humaine. Non seulement les animaux apprécient la musique, mais selon l'espèce, un type de rythme et de musique sera particulièrement apprécié. Les caractéristiques de la musique qui plait à nos animaux de compagnie, dépendent vraisemblablement de composantes physiologiques qui leur sont propres  (rythme cardiaque, acuité sensorielle...). La "qualité musicale" n'est donc pas la même pour l'homme et pour d'autres espèces.

Nous les humains, nous apprécions certaines qualités de la musique telles que sa mélodie, sa hauteur, son intensité. Ce sont certaines capacités spécifiquement humaines qui définissent notre goût pour la musique : notre étendue vocale, sonore, le rythme de notre cœur... nos organes perceptifs sont essentiels pour écouter de la musique, mais sont en fait également essentiels pour définir ce que l'on apprécie : si nous pouvions par exemple entendre des fréquences plus basses et ne pouvions plus entendre de fréquences hautes, les musiques actuelles nous paraitraient hideuses, et nous aurions développé d'autres genres musicaux correspondants davantage à nos sens et nos sensations. Voilà pourquoi la musique humaine n'est pour la plupart des animaux qu'un fond sonore sans intérêt, voire même agressif. Chaque espèce possède ses propres organes sensoriels, sa propre étendue de sonorités décelables, et même son propre "rythme", basé en partie sur les rythmes biologiques tels que celui des battements cardiaques. Les goûts musicaux dépendent de l'espèce. Revenons au chat dont on sait (parce qu'il le montre !) qu'il déteste le bruit. Le chat aime être au calme et des bruits trop violents peuvent l’effrayer. Son ouïe très développée a en horreur le vacarme tel que de la musique à plein volume ou les bruits d’aspirateur ou de perceuse.

P1200225La musique humaine est donc "inadaptée" aux organes sensoriels des animaux, qui ne peuvent pas l'apprécier comme nous le faisons. C'est en ayant compris ce principe que Snowdon s'est associé avec le compositeur David Teie pour produire des musiques nouvelles adaptées aux animaux. Snowdon et Teie ont tenté la composition de musique féline, pour les chats domestiques : ils ont transposé de la musique humaine vers l'intervalle de fréquence vocale des chats (un peu plus haut que le nôtre), et ont augmenté le rythme musical (leur cœur bat plus vite que le nôtre). Or, il apparait que les chats semblent bel et bien préférer une musique rapide et aiguë plutôt qu'une musique humaine un peu plus lente et basse (ils y sont plus réceptifs, de même qu'aux variations de ces musiques spécialement conçues pour eux). Les chats apprécieraient probablement davantage le speed rock que les slows. 

P1130442Selon Snowdon, les animaux ont tout de même un handicap certain, qui réduit leur appréciation de la musique : l'absence de perception ou de reconnaissance des tonalités relatives. Lorsque nous écoutons une mélodie et que nous l'apprenons, nous pouvons la reconnaitre même si elle nous est présentée avec une tonalité plus basse : ce qui importe, ce que nous apprécions, c'est la séquence sonore. Or, les animaux ne peuvent apprécier la séquence sonore : une mélodie présentée à une hauteur fixe est reconnue par l'animal. La même mélodie présentée, par exemple, deux notes en dessous, n'est pas reconnue : autrement dit, les animaux ne reconnaissent pas la mélodie, mais seulement la hauteur des notes, ils ne reconnaissent pas la suite musicale, mais seulement la séquence de tonalité précise. En gros, ils ne comprennent pas que des notes se suivent, et ne peuvent l'apprécier, cette capacité étant à la base de ce que nous nommons mélodie. Hommes et animaux comprennent la musique de façon totalement différente - mais on peut concevoir des musiques spécifiques pour une espèce concernée. Les chats peuvent donc profiter de la musique. Mais pas de la nôtre. Ils préfèrent des chansons qui sonnent environ à une octave plus élevée que les humains. La "Cat Music" créée par ces chercheurs de l'Université du Wisconsin (Snowdon et Teie) intègre des mélodies qui correspondraient à la même gamme de fréquence des vocalisations du chat. De même, elle incorpore des tempos plus appropriés mais aussi des sons de ronronnement ou d'allaitement. En diffusant cette musique spéciale chat, les chercheurs ont constaté les réactions positives de 47 chats domestiques participants à l'audition en présence de leurs propriétaires. Deux morceaux de musique humaine ont aussi été proposés. Selon les expérimentateurs, les chats ont ignoré les compositions humaines mais se sont frottés la tête contre les haut-parleurs à l'écoute de "leur" musique

P1200229Charles Snowdon, directeur de l’étude publiée au journal Applied Animal Behavior Science explique sa collaboration avec le compositeur David Teie pour arriver à ce résultat : "Nous avons regardé les vocalisations naturelles des chats et avons fait correspondre notre musique à la même bande de fréquences, qui est au moins un octave plus haut que les voix humaines. Nous avons incorporé des tempos qui, selon nous, pouvaient intéresser les chats, le tempo d’un ronronnement dans un extrait et le tempo de lapements dans un autre".  

En dehors de ça, il semblerait qu'il existe quand mêmes deux oeuvres musicales qui conviennent à nos amis chats. Il s'agit de l’Elégie de Gabriel Fauré et l’Air Sur La Corde de Sol de Jean Sébastien Bach. Je crois que la mémoire affective de l'animal ne compte pas pour rien car Djé semble apprécier aussi certaines compositions de Chris et une pièce de Chopin que joue régulièrement ce dernier. Mais là, il est impossible de savoir si ce sont ces musiques qu'aime notre chat ou si c'est plutôt le fait qu'il les rattache aux moments de présence de Chris ...

La musique est aussi un outil de bien-être, une forme de nourriture pour le mental. Elle donne du tonus, de la force, de la joie et bien d'autres émotions positives. Le pouvoir régénérant des sons est utilisé en musicothérapie. La musicothérapie est une thérapie qui cherche à utiliser les propriétés supposées de la musique et du sonore comme support afin de rétablir, maintenir ou améliorer les capacités sociales, mentales et physiques d'une personne ou, en l'occurence, d'un animal. Et la musicothérapie existe aussi pour les animaux ! Certains animaux trop stressés ou à tendance tristes peuvent retrouver leur gaieté d’avant en écoutant de la musique. Mais pas n’importe quelle musique. Il faut leur faire écouter des musiques qui contiennent des hautes fréquences et leur permettent ainsi d’être calmes et en confiance. L'animal pourra donc après une écoute musicale se ressentir joyeux et perdre son stress et sa tristesse.  Le bénéfice est difficilement mesurable, mais Djé semble bien profiter de ses écoutes musicales, il a l'air d'être plus lui-même, de ressembler davantage au Djé d'avant. Une chose est sûre, il prend plaisir à écouter de la musique. Chris va certainement lui enregistrer un montage de ses musiques préférées (que je suis en train de repérer) et lui installer une mini-chaîne hi-fi dans sa petite véranda. Enfin, il ne faut pas oublier que l'oreille du chat dispose d'un amplificateur naturel - ce qui n'est pas le cas de notre oreille humaine - les écoutes doivent donc se faire à bas volume. Il existe bien d'autres musiques pour chats que celles que j'ai téléchargées ici, où je n'ai gardé que la sélection de pièces qui plaisent à Djé, notre chat mélomane, mais aussi à Jazz (et parfois à Pastelle et Java).

 

P1200242Ci-dessous, 8.7 minutes de détente et de plaisir musical pour Djé, ça plaît aussi à Jazz et à Java.

Contre la peur de rester seul, l'anxiété de la séparation, ci-dessous 10;21 minutes.

"Scientifically proven music for cats ! ", ci-dessous, 31.45 minutes que -fait rare- Pastelle apprécie aussi, le soir dans son panier. Concernant Djé, il aime cette demi-heure musicale de jour comme de nuit. 

Ci-dessous, "Cure your cat of all troubles with this specially made music for cats" d'une durée de 31.15 minutes. Jazz approche Djé et ils écoutent ensemble, immobiles. Couchés, ils gardent leurs yeux mi-clos et leurs oreilles dressées et pointées en direction de la source de musique. En revanche, Pastelle et Java, les deux chattes, n'ont pas l'air spécialement intéressées par cette séquence musicale et se laissent solliciter et distraire par le moindre menu évènement qui surgit. Ecoute attentive chez les mâles mais indifférence totale des femelles, comme quoi des goûts et des couleurs ... !

Ci-dessous, 10.23 minutes, "Scientists create music for cats". Djé, toujours bon public, se laisse porter par la musique, dans une attitude détendue. Il est celui de nos quatre chats qui montre le plus d'attention et de plaisir à l'écoute musicale. L'univers sonore semble avoir une grande importance pour lui. Peut-être en raison de la disparition du monde visuel, son désert noir. Peut-être en raison de ses souvenirs de la proximité partagée avec Chris dans des moments musicaux. Aucun instrument n'intéresse Djé autant que le piano ... 

P1200243Ci-dessous "Cat music - the most relaxing music for cats - Bach for cats!", 31.20 minutes. Il n'y a pourtant pas de piano mais cette musique est apaisante pour Djé, allongé, fermant les yeux tout en gardant ses oreilles orientées vers la source sonore. Par contre, les trois autres chats ont disparu dans le jardin où ils ont préféré aller s'amuser. Ces jeunes chats sont très mobilisés par l'action, par le jeu, tandis que notre vieil ami aime à l'évidence se perdre dans une contemplation sonore ...  Ce parcours musical est peut-être pour lui comme une promenade immobile. A la fin, il s'endort.

Ci-dessous "Cat music - help relax your cat with brain development music for cats" 43.26 minutes. Jazz adore ! Djé est très intéressé, il ne dort pas, il écoute très absorbé ... Que j'aimerais pouvoir lire dans ses pensées !

Ci-dessous, 2 heures de musique pour rassurer les chats nerveux pendant les feux d'artifice ou les orages (où au moment de les brosser s'ils sont effrayés au départ). Personnellement, avec cette stridence constante du fond, je n'aime pas du tout ... Mais Djé si ! "2 hours of calming cat music. For cats during fireworks and storms". 

Même chose, ci-dessous, une séquence recommandée pendant les feux d'artifice ou le quatorze juillet, mais avec une durée de 4.06 heures. Sans stridence de fond, ce qui rend cette séquence plus supportable pour l'oreille humaine. "4 hours of cat music. Perfect for during firework displays on Independance Day". Les trois chats gris, Djé, Jazz et Java étaient en écoute paisible dans la véranda quand ... un livreur est venu sonner à la porte ! ! ! Les deux petits ont décampé sans demander leur reste, affolés. Mais Djé qui ne voit pas, n'a pas la faculté de s'enfuir. Tout d'abord dérangé dans son écoute, avec un air d'incompréhension, hébété, il la reprend ensuite reprise posément, comme si de rien n'était. La musique le ramène dans un monde sans étrangers, sans livreurs sonnant aux portes, elle l'aide à s'abstraire. Musique-refuge, on connaît ça (comme la musique consolatrice), et Djé aussi, à ce qu'il me montre.

"Motivational music for cats and kittens - help stimulate your cat" - 10.17 minutes, ci-dessous. Ce n'est pas une musique du soir ! Djé l'a entendue à deux reprises. Après quoi, la première fois, il s'est enhardi pour la première fois depuis des mois jusqu'au potager (qui se trouve éloigné de la maison) et la deuxième fois, il a suivi le petit chemin qui conduit jusqu'au portail, chose qu'il n'avait pas faite non plus depuis très longtemps. Ces deux performances sont incroyables quand on sait que depuis des mois il ne s'aventure jamais plus loin que la pelouse devant la véranda,poussant éventuellement jusqu'aux abords de la terrasse si nous nous y trouvons. Cette musique semble vraiment le stimuler, le rendre plus aventureux dans ses déplacements. Et ça, c'est encore la vie !

"Separation anxiety in cats - relaxing music to help cats with Separation anxiety", ci-dessous, 10.21 minutes.

P1200244Ci-dessous, 58 minutes de musique relaxante ("1 hour of relaxing music for cats - cat music - relax my cat"). Pour l'écouter, Djé préfère s'installer dans son lit chauffant, mais il garde la tête relevée, les yeux ouverts, les oreilles dressées. Il écoute. Et Jazz, ce jeune chat souvent survolté, va s'installer non loin de Djé où il se tient immobile. Un moment d'écoute partagée ?

P1200245Une durée de 8.08 minutes, ci-dessous. "Relax my cat Music for Cats Help scared troubled cats find peace and calm with world piano music". Ceci, singulièrement, plaît non seulement à Djé, mais aussi à Java et à Pastelle. Conclusion : les nanachats aiment elles-aussi, la musique. Il suffit de trouver quelque chose à leur goût ;) . Elles étaient déjà visiblement très intéressées par la musique de Charles Snowdon et David Teie. Tout comme Djé et Jazz, sauf qu'eux ont des goûts plus éclectiques et abordent volontiers une musique un peu moins "chat" ... pourvu que cela reste quand même de la "catmusic"  : oui, is aiment JS Bach en transposition féline !

Toutes les photos montrant Pastelle sur le piano de Chris ont été prises en octobre 2012, à Bordeaux (elle n'était alors âgée que de 7 mois). Les photos de Djé ont toutes été prises durant ces premiers jours d'octobre 2015, à Vexford House, pendant qu'il écoute réellement de la musique. Ce gros lion gris n'a pas l'air de souffrir de sa maladie, il vit seulement au ralenti, un peu moins fort, un peu moins loin, dans un monde qu'il ne voit plus. Son univers a donc rétréci mais j'espèce du fond du coeur que ces nouveaux espaces sonores puissent l'élargir un peu et y apporter du mouvement. Il semblerait que oui, car cela ne fait aucun doute, Djé se laisse porter et bercer par la musique. P1130448bisDepuis, Lola, une femelle berger allemand, est venue rejoindre notre clan. Si Chris est au clavier, non seulement elle se rapproche de lui mais de plus elle "chante" !